Diario de la Marina (Francia). Reseña por Félix José Hernández

Por | Doble Fondo, Prensa | Sin Comentarios

Ver nota en la web…

París, 6 de abril de 2018.
La sensibilidad de la gran novelista Elsa Osorio nos introduce en el laberinto de la dictadura argentina, el movimiento de los Montoneros, las conmovedoras desapariciones de niños y… hasta dónde puede llegar una mujer para poder salvar a su hijo. Verdugos, pasiones amorosas, clandestinidad, traiciones, ansias de libertad, etc., son los ingredientes de esta excelente novela. La autora logra crear con gran habilidad un ambiente psicológico de intenso suspense.
Doble fondo es una deslumbrante novela contra el olvido.
“La encontraron los pescadores, en La Turballe. Con su vestido de flores, la expresión serena, el cuerpo bien conservado. No hacía mucho que había muerto, dijo el médico forense.
Ahora que he podido atar los cabos, y armar su historia, veo que hasta en eso, en dejar llevar su cuerpo allí, tuvo el sentido de la oportunidad. Ese salvarse como sea que aplicó toda su vida lo conservaba hasta muerta.
De la muerte no se libró, pero sí de que no nos enteráramos nunca. Porque ¿qué hubiera pasado si la marea la arrastraba a otro lado, o la dejaba —como era lo más probable— en el fondo del mar? Y qué hubiera pasado si en el periódico no me hubieran trasladado de la oficina central, en Rennes, a Saint-Nazaire, a cubrir sucesos, por andar husmeando donde no debe, Mlle. Le Bris, la antesala de dejarme prescindible. Y el comisario Fouquet, aunque lo disimula, un buen tipo, y ningún idiota.
No se hubiera sabido nada. No era la primera vez que ella se iba sin dejar rastros. Una más. En un pequeño pueblo perdido de la costa francesa, en el siglo XXI, y bajo otra identidad. ¿Quién iba a sospecharlo?
Fouquet me tiró el anzuelo y yo piqué. Porque fue él quien me dijo que Marie Le Boullec era de origen argentino y que la causa de su deceso era asfixia por inmersión. Poco tiempo atrás
había leído un artículo en el periódico que lo había impresionado acerca de los ahogados que hubo en la Argentina en los años setenta, aparecían en una playa cualquiera, o en las costas del país vecino.
—¿Por qué? ¿Hubo un asesino serial que ahogaba a sus víctimas en Argentina?
—Hubo muchos asesinos seriales y muchísimas víctimas. Varios miles.
—¿Miles? ¿No exagera?
—No exagero, pregúntele a su querido buscador de Internet. Encontrará información. Como no sabían qué hacer con tantos que asesinaban, los arrojaban al mar.
—Bien, una buena historia. Gracias, Fouquet. Ya tengo el artículo para mañana: «La mujer de La Turballe, un asesinato a la argentina».
—Ni se le ocurra. Nadie dijo que es un asesinato. Por el momento es una muerte accidental, quizás un suicidio, dijo el fiscal Thibaud. Oficialmente está en la jurisdicción de la Gendarmería de Guérande. A mí me han dado aviso porque la mujer es de Saint-Nazaire. Se ha podido identificar por sus huellas dactilares, una amiga reconoció su cadáver. Aún no tenemos los resultados de su autopsia.
—Y si es un accidente, ¿por qué la autopsia?”
En 2004, el cuerpo de la respetada doctora Marie Le Boullec aparece ahogado en las costas de un tranquilo pueblo de Francia. Muriel, una joven y apasionada reportera que cubre la noticia para el diario local, intuye que no se trata de un suicidio. Y con la ayuda de un singular equipo, inicia una investigación paralela. En los años setenta, Juana Alurralde, una militante montonera, prisionera en la siniestra Escuela de Mecánica de la Armada, logra sobrevivir y que liberen a su hijo de tres años, secuestrado con ella. Pero el precio es muy alto. Presente y pasado se entrecruzan, mientras la obstinada Muriel reconstruye la historia de una mujer valiente, la obsesión de un asesino y la búsqueda de Matías, un hijo que no perdona las decisiones de su madre.
Basándose en investigaciones y testimonios de supervivientes de la dictadura argentina, Elsa Osorio une con maestría y sensibilidad las voces de una tragedia que ahonda en dilemas éticos y humanos.
«Imprescindible novela de Elsa Osorio, narrada con la maestría literaria a que nos tiene acostumbrados.» Luis Sepúlveda, La Stampa
«Un trabajo muy minucioso de reconstrucción de la memoria. Es como resistir con las palabras hasta que podamos hablar, escribir la muerte.» Pietro Cheli, Corriere della Sera
“Una novela que contiene toda la excelencia literaria de Elsa Osorio.” Amica
Elsa Osorio (Buenos Aires, 1952) es autora de los libros de relatos Ritos privados, Reina mugre y Callejón con salida, distinguido con el Premio Roma a la literatura extranjera, y de la biografía novelada Beatriz Guido: Mentir la verdad. Ha publicado asimismo el ensayo Las malas lenguas y las novelas Cielo de tango, Mika y A veinte años, Luz, finalista del prestigioso premio Femina (Francia) y ganadora del Premio Amnesty International. En 2015 fue condecorada por el Ministerio de Cultura de Francia como Chevalier de L’ordre des Arts et des Lettres.
Doble fondo. Elsa Osorio. Reservados todos los derechos de esta edición para Tusquets Editores. Colección Andanzas 916. Diseño de la colección: Guillemot-Navares.14,8 x 22,5 cm. 336 páginas. Rústica con solapas. 18,50 €. ISBN: 978-84-9066-500-8
Considero que el exilio, aún en el mejor de los casos, es una pena muy difícil de soportar.
Félix José Hernández.

ZoneLivre.fr|Elsa Osorio: Double Fond|Lucie Merval

Por | Doble Fondo, Double Fond | Sin Comentarios

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Qui est Juana ? Une militante révolutionnaire qui a trahi ? Une mère qui échange sa vie contre celle de son enfant ? Ou la prisonnière d’un cauchemar qui tente de survivre ?

Marie Le Boullec, médecin urgentiste sans histoire, est retrouvée noyée dans l’Atlantique, près de Saint-Nazaire. La jeune journaliste Muriel Le Bris, vive et têtue, ne croit pas à la thèse du suicide et se lance dans une enquête avec l’aide d’une vieille amie de la victime. Elle découvre en même temps que le lecteur les heures sombres de l’Argentine à la fin des années 70.

Elle trouve aussi des mails dans lesquels une mère écrit à son fils pour lui raconter pourquoi il a dû grandir sans elle. Jeune militante révolutionnaire prise dans les rets de la dictature, elle échange sa liberté contre la vie de son enfant. Elle finit par collaborer avec le pouvoir puis au Centre pilote de Paris. Traître aux yeux de tous, avec la survie pour seul objectif, elle va disparaître.

Elsa Osorio construit un kaléidoscope vertigineux qui révèle le destin d’une femme prête à tout pour sauver son enfant. Les péripéties s’enchaînent, haletantes : tortionnaires mafieux, violence, passion et habileté à jouer avec les identités clandestines, dans un intense suspense psychologique. L’auteur de Luz ou le temps sauvage atteint ici le sommet de son art de romancière profonde et habile.

L’AVIS DE LUCIE

2004 – Une femme est retrouvée noyée près de Saint Nazaire. Suicide ou assassinat ? Une jeune journaliste locale, Muriel, va creuser la vie de « La femme de La Turballe ». Qui était vraiment Marie Le Bouellec, ce médecin qui sauvait des vies ? Etait-elle vraiment celle qu’elle prétendait être ? A l’aide de Marcel, un ami et de Geneviève, la voisine de la défunte, ils commencent à jouer les apprentis détectives mais on leur fait bien comprendre que leurs investigations secrètes ne doivent pas s’étaler à la une et nuire aux notables de la ville…

La découverte de mails, d’une correspondance écrite en espagnol les mène à s’intéresser à la dictature en Argentine, précisément entre 1976 et 1983, période d’instabilité politique où de nombreuses personnes on disparues. C’est là que l’on (re)découvre que certains détenus au lieu d’être envoyés dans des camps, disparaissaient en mer, jetés d’un avion. Une série de meurtres appelée « Les vols de la mort ».

Comment ne pas faire le lien avec « La femme de la Turballe » qui semble être tombée de haut d’après le légiste ?

En parallèle de cette enquête, le lecteur découvre en italiques, la lettre d’une femme qui tente d’expliquer à son fils pourquoi ils n’ont jamais pu vivre ensemble. Les mots de cette femme, qui n’a jamais vu de lumière dans sa vie, qui n’a eu de cesse de résister, de vouloir protéger sa vie, ses camarades et surtout celle de son fils quitte à l’éloigner d’elle, nous questionnent, nous bouleversent…

Pour mieux comprendre, certains chapitres nous mènent en 1976 à la découverte de Juana, une militante révolutionnaire enlevée et torturée à l’ESMA (Ecole mécanique de marine – centre de torture pendant la dictature militaire argentine). Une femme séduisante, de celles qui coupent le souffle de par sa ténacité, son intelligence et qui durant des années jouera le jeu de la repentance pour survivre dans ce couloir de la mort.
Parfois, un rai de lumière dans l’obscurité, quand elle rencontre Yves « Elle a tellement envie de se comporter comme si elle était une personne normale, dans un monde d’être libres » (P.35)

Au fil du temps, ses tortionnaires, étant franco-argentine, lui donnent plus de responsabilités (même si elle toujours leur prisonnière) en l’envoyant au Centre Pilote de Paris, chargé de contrecarrer la campagne anti-argentine lancée par des subversifs.

Considérée comme un outil par des hommes ayant de grandes ambitions politiques pour le pays, comme « une belle acquisition » par Raul qui est à la fois son bourreau, son amant et celui qui a laissé son fils en vie, elle tente de survivre à cette vie imposée. Viendra le jour où la dictature cessera et elle racontera tout.

Le goût de la liberté, elle le trouvera pendant deux jours avec Yves : «  Soudain dans cette maille noire, serrée, un petit trou est apparu laissant entrer une clarté dont elle avait perdu le souvenir, elle y a passé la tête, comme quelqu’un qui se noie parvient à remonter quelques instants à la surface, aspire d’énormes goulées d’air, en veut plus et encore plus » (P.119)
Comment s’emboîtent ces trois histoires ? C’est tout le génie d’Elsa Osorio de nous faire douter jusqu’au bout en intercalant les chapitres, les époques. Ces trois femmes se connaissent-elle ou sont elles les mêmes personnes ? Quel lien avec « La femme de la Turballe » ? Il faut dire que les identités féminines sont nombreuses dans le roman, de quoi se mélanger un peu mais peut être-ce pour mieux nous surprendre ?

Nous plongeons à corps perdu dans cette période sombre de l’histoire sans jamais avoir un moment de répit jusqu’à la toute fin.

Un texte magnifiquement construit et écrit et dont le titre prend tout son sens, une fois la lecture achevée. Passionnant et nécessaire !!!


Revista Kundra (Argentina). Reseña de Doble Fondo por Victoria Mora

Por | Doble Fondo, Prensa | Sin Comentarios

#Reseña | Doble fondo de Elsa Osorio, por Victoria Mora

Ver nota en la web…

Doble fondo o la persistencia de la memoria

Pienso en ellos en los muertos
En los que yo vi caer
En los que están grabados en mi alma
En los que aún están cayendo en mis miradas
Vosotros que seguiréis muriendo
Hasta el día en que yo muera

Vicente Huidobro

Datos del libro: 
Título: Doble fondo
Autora: Elsa Osorio
Editorial: Tusquets
Año: 2017
384 Páginas

La muerte bajo las condiciones más horrorosas es parte de nuestra historia, vivimos atravesados por las revoluciones que no fueron y el daño que se hizo para evitarlas. Frente a esta herencia podríamos pensar qué nos queda. Nos quedan la memoria, la verdad, la justicia que no sólo tomará la necesaria forma de la insistencia jurídica, sino que también se volverá literatura. Si hay alguien que en nuestro país sabe de eso es Elsa Osorio. Hace veinte años publicó la primera novela en tratar la apropiación ilegal de menores en el marco de la dictadura cívico militar. A veinte años, Luz es una historia tan inmensa como hermosa de la que no se sale indemne, y que se ubica como una lectura indispensable para acercarnos a las siniestras lógicas del horror, así como a las amorosas lógicas de la resistencia.

Elsa Osorio ha sido traducida a más de veinte idiomas y sus libros recorren el mundo narrando lo que somos. Embajadora de un fragmento esencial de nuestra historia formó parte en España de la Asociación Argentina Pro Derechos Humanos de Madrid. En 2015 el Ministerio de Cultura de Francia la reconoció como Chevalier de L`ordre des arts et des lettres, premio que se suma a una larga lista que incluye el Premio Amnesty Interncional por su primera novela. A veinte años, Luz se suman entre otros Cielo de tango (2006), Callejón con salida (2009) y Mika La capitana(2012)

Frente a lo incomprensible mejor narrar, dice Osorio en una entrevista. Y esta breve frase revela su poética: una poética de la memoria y de la resistencia. Allí anida lo que resuena y retorna en su literatura: la apropiación, el secuestro, la tortura, la inmigración, la guerra. Sus relatos sumergen al lector en la perplejidad pero en el transcurrir de las páginas también aparece el otro lado del espanto: el compañerismo, la esperanza, la lucha inagotable por un mundo mejor, y el amor salvando los días.

Doble fondo (Tusquets, 2017) es un policial que Mempo Giardinelli definió como negro y que  comienza con un cuerpo muerto en un pequeño pueblo de Francia. El comisario le revela a Muriel, la periodista del diario local, la similitud de este aparente, aunque extraño, suicidio con la modalidad de ciertos asesinatos ocurridos en la Argentina en los años 70: hombres y mujeres arrojados vivos al río. Frente a ese plural la pregunta inocente de la periodista es por la existencia de un asesino serial, la triste respuesta es que los asesinos fueron muchos. Así comienza a desplegarse, para Muriel y para el lector, un camino de conocimiento que recorre la vida de la mujer asesinada a la vez que van apareciendo siniestros episodios de nuestra historia.

El tejido se va armando a partir de tres hilos narrativos: Muriel en 2004 investigando la muerte de Marie Le Boullec médica argentina radicada en Francia, Juana Alurralde en 1978 secuestrada en la ESMA y forzada amante de un represor para rescatar a su hijo del infierno, y una carta en la que una madre le escribe a su hijo su historia, su militancia para que frente a lo incomprensible la escritura pueda producir un encuentro.

En los capítulos donde el punto de vista es el de Juana se ahonda en las vivencias de esta mujer militante montonera en el infierno que fue la ESMA y que incluye la salida a París como obligada compañera del represor Raúl Radías con el objetivo de que se infiltrara entre los exiliados argentinos en el marco de lo que fue el Centro Piloto Paris. Juana se fuerza a ejercicios de memoria que no sólo le permiten sobrevivir sino que la sostienen en un posible futuro donde todo lo que vio sirva como denuncia. Mientras tanto resta fingir, sostener una relación con todo el rechazo que implica sostener la mentira de amar a un torturador. Así, de una manera tan jugada como precisa, Elsa Osorio aborda un tema complejo como el de las relaciones que se establecieron entre torturadores y víctimas para poder sobrevivir. 

La novela es imperdible y tan dolorosa como bella. La autora nos recuerda en estas páginas por qué los crímenes de lesa humanidad no prescriben y por qué necesitamos de la mejor literatura para recordarlos, como dice Huidobro: los muertos seguirán cayendo en nuestras miradas mientras haya quién asuma la responsabilidad de contar sus historias, que también son las nuestras.

Le Suricate|Double Fond d ‘Elsa Osorio|Emmanuelle Lorriaux

Por | Double Fond, Presse | Sin Comentarios

Avec Double fond, vous allez embarquer pour des allers-retours entre la France et l’Argentine, si chère au cœur d’Elsa Osorio. Nous suivons trois histoires se déroulant à différentes époques : en 2004, Muriel, journaliste française enquête sur la mort de Marie Le Boullec, retrouvée noyée dans une baie de Saint-Nazaire. En 1978, Juana, ardente révolutionnaire argentine, combat la dictature militaire. Et enfin de nos jours, Matias entretient une correspondance avec une amie de sa mère qu’il a à peine connue dans l’espoir d’en savoir un peu plus sur celle qui l’a mis au monde. A priori, rien ne relie ces trois personnages, et pourtant une toile va se tisser entre eux et vous entraîner dans un passionnant puzzle.

Au premier abord, on peut penser que ce livre est trop compliqué. En effet, vous serez bombardés de nombreux pseudonymes animaliers (vous ne porterez dans votre cœur ni le Poulpe ni le Tigre, c’est sûr !) et d’acronymes barbares relatifs à la dictature argentine et à ses opposants révolutionnaires. Premier bon point, on est moins cons après cette lecture. Car oui, l’histoire de l’Argentine ce n’est pas que la main de Maradona, le pied de Messi ou encore un lointain souvenir d’une Madonna rhabillée et sophistiquée, incarnant une Eva Perón poussant la chansonnette. On découvre en effet à travers le combat de Juana, la vie de résistants qui risquaient gros face à un système répressif ultra violent. C’est tout simplement glaçant. Torture, incarcérations de masse ou soumission à la cause militaire sous peine de voir leurs proches se faire zigouiller… En somme, le quotidien de ces hommes et de ces femmes qui revendiquaient simplement un système politique démocratique.

Mais une fois ce complexe décor dictatorial planté, on est emporté dans une intrigue impossible à lâcher. L’auteure fait en sorte d’enrober ses lecteurs dans un cocon paranoïaque effrayant et peuplé de tortionnaires velus aux intentions peu réjouissantes. On en redemande tels de gros masochistes assumés.

C’est grâce au personnage de Muriel que le lecteur découvre des similitudes entre la noyade de Marie Le Boullec et les « vols de la mort », assassinats fréquents organisés par la junte militaire dans les années 70. Ils consistaient tout simplement à balancer les révolutionnaires dans la mer après les avoir anesthésiés. Mais pourquoi ces barbaries seraient-elles en lien avec Marie, adorable  médecin sans histoires appréciée de tous dans le village ?

En-dehors de ces évènements politiques et historiques – et au risque de paraître neuneu – il y a dans ce roman un sentiment poignant mis en lumière dans ce monde de brutes, l’amour. Le beau, le vrai, l’amour sans concession qui galvanise le courage des personnages et leur permet de se dépasser, parfois de façon inconsidérée. Du coup, entre deux pages de torture, on a envie de serrer ses proches et de leur faire un gros poutou. C’est ça aussi le talent de bons auteurs, nous faire réfléchir pour ne pas perdre de vue l’essentiel.

Bref, n’hésitez pas à découvrir cette histoire troublante, ce magnifique portrait de femme combattive et courageuse dans cette intrigue aux multiples ramifications.

ELLE |Disparition en eaux troubles|Pascale Frey

Por | Double Fond, Presse | Sin Comentarios

Disparition en eaux troubles

Par Pascale Frey

Lorsque Marie Le Boullec, médecin adorée de ses patients, est retrouvée noyée au large de Samt-Nazaire, tout le monde pense qu’elle s’est suicidée Pourtant, que ques indices (un homme qui rôdait devant chez elle, un appel téléphonique affolé à sa voisine) pourraient laisser croire à un meurtre Et comme Muriel Le Bris, jeune journaliste cantonnée auxchiens écrasés, n’est pas débordée, elle décide d’enquêter Ses recherches vont l’emmener lom, tres lom de la Bretagne et la conduire dans l’Argentine des années 1970 sur les traces de Juana qui, après avoir combattu le regime, après avoir subi prison et torture, a eté obligée de collaborer pour sauver son f ils Juana pourrait bien être cette Marie morte en mer Dans son premier roman, « Luz ou le Temps sauvage », Elsa Osono avait raconté le terrible destin des enfants enlevés à leurs parents pour être adoptés par des familles proches du pouvoir argentin Elle plonge a nouveau dans ces annees dramatiques, sur lesquelles régnaient trahisons et assassinats CommentJuana-Mane s’est-elle retrouvée, des années plus tard, mariée a Yves, un photographe francais, comment a-t-elle réussi à fuir Buenos Aires ‘ Ce passé a-t-il fmi par la rattraper ? Elsa Osono signe un romano la fois historique, politique et policier maîs aussi sentimental Car l’amour arrive malgré tout à puer sa partition dans ces pages et apporte un peu de bonheuretde répit dans ces annees sanglantes

La Cause Littéraire|Double Fond, Elsa Osorio|Cathy Garcia

Por | Double Fond, Presse | Sin Comentarios

Double fond, Elsa Osorio

Ecrit par Cathy Garcia 14.03.18 dans La Une LivresLes LivresCritiquesRomanAmérique LatineMétailié

Double fond, Elsa Osorio

« L’ananké. L’impossibilité d’échapper au destin ».

Nous sommes en 2004, sur la côte bretonne à La Turballe, proche de Saint-Nazaire, un pêcheur a retrouvé le corps d’une femme noyée. On découvre qu’il s’agit de Marie Le Boullec, un médecin apprécié, épouse d’Yves le Boullec, un photographe décédé quelque temps auparavant et issu d’une famille de notables locaux connue et respectée. La thèse du suicide semble la plus évidente et sans doute la plus arrangeante aussi pour cette famille sans histoire qui n’apprécie pas qu’on parle d’elle, si ce n’est pour en faire l’éloge, mais cette thèse ne satisfait pas Muriel, la jeune journaliste chargée d’écrire des articles sur la « femme de La Turballe » dans le journal local, depuis qu’elle a eu une conversation avec le commissaire Fouquet. Outre que le but d’un journal est forcément de capter et conserver l’attention des lecteurs, Muriel a un goût pour l’investigation et la vérité et Fouquet en lui révélant les origines argentines de la noyée, a aussi évoqué des assassinats jamais élucidés pendant la dictature, il la met sur une piste que lui-même, proche de la retraite, ne va pourtant pas creuser. Elle va donc mener sa propre enquête, même si elle ne pourra révéler publiquement toutes ses découvertes et encore moins quand l’affaire sera déclarée classée.

Ce qui a éveillé les soupçons du commissaire dans cette histoire de suicide par noyade, ce sont les fractures du corps de la noyée qui indiqueraient qu’elle soit tombée d’une certaine hauteur et les traces d’un anesthésique retrouvées elles aussi à l’autopsie. Marie Le Boullec étant médecin, cela pourrait confirmer la thèse du suicide, mais il se trouve que c’est du penthotal, exactement le même anesthésique utilisé par les officiers de la junte pendant la dictature argentine, lors de ce qu’ils appelaient des « transferts », ces vols de la mort qui consistaient à balancer des prisonniers vivants, conscients mais anesthésiés, du haut d’avions pendant des vols de nuit tous feux éteints au-dessus de la mer. Membres des FAR, des Monteneros, simples militants politiques, syndicalistes, artistes, étudiants, parents, religieuses ou autres soi-disant subversifs qui comptent au nombre des milliers de « disparus » de la dictature.

Mais quel rapport avec Marie Le Boullec, même si celle-ci a des origines argentines ? En menant son enquête, Muriel aidée par Marcel, un ami très ou trop attaché à elle mais calé en Espagnol et Melle Geneviève Leroux, une voisine âgée de Marie de Boullec qui ne croit pas à la thèse du suicide, car cette dernière lui avait téléphoné pour l’appeler à l’aide le soir de sa disparition. Marie était venue parfois chez Geneviève pour consulter ses mails sur l’ordinateur de cette dernière et c’est en réussissant à avoir accès à cette boîte, que le trio tombe sur une correspondance avec un jeune homme dans laquelle il est question de la mère de ce dernier et où elle utilise un autre nom, Soledad Durand.

Double fond démarre sur un récit, que nous allons suivre simultanément avec l’enquête de Muriel, dans une sorte de patchwork vertigineux, un récit qui nous transporte des années en arrière, à la fin des années 70. Celle qui raconte, c’est une mère et elle raconte à son fils, tous deux sont Argentins et elle raconte pour qu’il sache que, malgré toutes les apparences, elle ne l’a jamais véritablement abandonné. Elle raconte sa participation à la lutte armée contre la dictature, lutte en laquelle elle croyait et comment elle fut contrainte à la clandestinité, elle raconte l’arrestation qui l’a conduite avec son fils alors âgé de 3 ans, au terrible centre secret de rétention, l’ESMA et son « avenida de la Felicidad », un couloir baptisé ainsi par les militaires à cause des hurlements des prisonniers torturés qui y résonnaient en permanence.

Elle aussi a été torturée sur un grabat de la cellule 13 et son fils à l’écart entendait ses cris, elle criait mais elle n’a jamais parlé. Elle s’appelle Juana, mais aussi Lucia, et elle raconte, elle raconte tout, elle écrit sur du papier.

« J’aime ce chuchotement de la plume sur le papier. Elle le caresse, l’égratigne, fait surgir des mots cachés, prisonniers. Comme ces noms que je comptais sur les doigts de la main gauche : ceux des nôtres, et sur la main droite ceux de nos ennemis. Des noms que je répétais sans cesse, comme une litanie, une prière païenne. Je m’en souviens encore, il y aura bientôt vingt-sept ans, depuis le 16 septembre 1978 où j’ai commencé à les mémoriser ».

Du sous-sol de l’ESMA à son antenne à Paris, le Centre de Pilote, où des prisonniers furent envoyés clandestinement pour infiltrer le COBA, les groupes d’exilés sud-américains qui luttaient depuis leur exil et tentaient de dénoncer les crimes de la dictature et puis à l’ESMA de nouveau et de là à un appartement à Buenos Aires, un autre genre de prison, où sa seule liberté fut de pouvoir suivre des études de médecine, elle raconte son destin de femme, de mère, une femme et une mère dont l’intelligence et le courage furent à la fois le salut et l’enfer. Une femme qui n’a jamais parlé mais qui a dû se compromettre au-delà de tout respect d’elle-même et s’arracher le cœur pour sauver des vies. Et si la dictature a eu une fin, son enfer lui n’en a pas. L’injustice et l’impunité continuent de régner 30 ans après et vont la rattraper, même si elle a tenté de sauver ce qu’il restait de sa dignité et ce qui a toujours été le plus cher à son cœur : son fils, dût-il la haïr pour toujours.

« (…) ce que fuyait la femme de la Turballe, un homme, un régime, une folie, une haine tenace, l’a poursuivie jusqu’ici et l’a tuée. Noyée », écrira Muriel dans un de ses articles.

Il est question dans Double fond de ces circonstances qui permettent à des êtres humains de devenir des monstres sans culpabilité et d’autres qui combattent les monstres, bourreaux et victimes pris dans une même tourmente. Résonne douloureusement cette phrase de Nietzsche : « Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre luimême. Et quant à celui qui scrute le fond de l’abysse, l’abysse le scrute à son tour ». Reste qu’il y a tout de même deux côtés de la barrière quand il s’agit de dictature, de torture et d’assassinats. Les faibles, les lâches, les opportunistes qui ont vendu leur âme sont souvent hélas du côté qui semble le plus fort et qui s’auto-justifie sans honte, et même si rien n’est jamais complètement noir ou complètement blanc, apparaît clairement dans ce livre – et dans toute sa pathétique et terrible indigence morale –, la folie humaine.

C’est tout un pan de l’histoire argentine qui est contenu dans ce livre, avec ses dessous les plus sales, les liens avec la France et les connivences entre militaires argentins et membres du gouvernement français, l’Ambassade argentine en France – comme dans d’autres pays – servant de centre de propagande et le Mondial de Foot en 1978 qui s’est déroulé en Argentine à la face du monde entier. Les hurlements des supporters couvraient ceux des torturés. Et n’oublions jamais qui a enseigné aussi aux militaires sud-américains leurs techniques de torture, à l’École des Amériques…

L’auteur nous livre une enquête romanesque mais fouillée dont les éléments n’ont rien de fictionnel, il s’agit de toute évidence pour Elsa Osorio, argentine elle-même, d’un devoir de mémoire dont on ressent pleinement la tension et la force émotionnelle et c’est en ce sens que ce livre, écrit lors d’une résidence à la Maison des écrivains et des traducteurs en France, en plus d’être réellement passionnant, est absolument indispensable. Il sert de cadre à une vérité qui n’a pas encore été assez dite, la plupart des coupables n’ayant pas été condamnés, les assassins dispersés dans la nature, sont devenus de redoutables hommes d’affaires, des maffieux avec pignon sur rue, enrichis grâce à leurs crimes, quand ils ne sont pas carrément réapparus dans les gouvernements soi-disant démocratiques qui ont succédé à la dictature. La mort de Marie Le Boullec dans le roman, survient un an après que les lois d’amnistie aient enfin été levées en Argentine par le président Nestor Kirchner, ce qui a permis de ré-ouvrir les dossiers judiciaires des militaires assassins et les conduire devant la justice, le procès le plus emblématique étant celui qui a concerné l’ESMA (École de Mécanique de la Marine) où plus de 5000 victimes avaient été torturées puis éliminées.

Captivant, bouleversant, édifiant et incontournable, Double fond nous prend à la gorge et ne nous lâche plus. L’odeur de la mort, l’odeur de la peur.

« L’odeur de la peur grimpe aux murs, elle raréfie l’air, elle est plus forte que la saleté, que les torchons sales, plus forte que tout ».

Cathy Garcia

L’Humanité|La vie à double fond des femmes torturées|Alain Nicolas

Por | Double Fond, Presse | Sin Comentarios

Entretien. Une femme meurt à Saint-Nazaire. L’enquête reconstitue le destin d’une militante prise entre son engagement et sa vie de mère. Le fardeau du passé traverse cette fiction politique aux allures de thriller d’Elsa Osorio. Entretien.

Un jour de 2004, des pêcheurs de La Turballe, près de Saint-Nazaire, remontent dans leurs filets le corps d’une noyée. On reconnaît Marie Le Boullec, médecin à l’hôpital de Pornichet. On apprend vite qu’elle s’appelle Landaburu, et venait d’Argentine, avant d’épouser Yves, photographe. L’enquête montre que sa mort n’est pas due à la noyade, mais à une chute de grande hauteur, peut-être d’un avion. Une journaliste fait le rapprochement avec une méthode d’élimination utilisée par la junte militaire argentine entre 1974 et 1983 : jeter vivants à la mer, depuis un avion, les « subversifs ». Une spécialité de l’École Supérieure de Mécanique de la marine argentine, l’ESMA, centre de torture de sinistre réputation.

Parallèlement au récit de l’enquête, Double fond, le roman d’Elsa Osorio, donne à lire des e-mails adressés par une mère, ancienne militante, détenue de l’ESMA, à son fils Matías. Elle a été forcée, pour qu’il ait la vie sauve, d’avoir une liaison avec un de ses tortionnaires et de collaborer, en particulier en infiltrant les groupes de réfugiés argentins en France. Puis elle a réussi à d’échapper, a rencontré un Français, l’a épousé, a repris son métier. C’est quand elle essaie de reprendre contact avec son fils, maintenant adulte, que le passé refait surface.

Double fond, c’est le destin de cette femme, Marie, Juana, Lucia, Soledad, qu’importe son nom, que nous raconte Elsa Osorio. C’est celui de bien des femmes argentines, militantes, détenues. Certaines sont mortes sous la torture. D’autres ont cédé sous la menace, pour sauver leurs enfants. D’autres encore ont changé de camp. Ou feint de la faire, jusqu’à ce qu’une occasion se présente de choisir la liberté. Qu’elles soient ou non passées dans ces lieux de mort, qu’elles aient été torturées ou aient vu disparaître leurs proches, qu’elles aient eu à justifier leur comportement sous les sévices, les viols et le chantage, les femmes ont été doublement victimes en cette période. C’est ce que veut nous raconter, du double point de vue de l’enquêtrice et de la victime, Elsa Osorio.

D’où vient cette idée de roman, sous sa forme double, d’enquête policière et de tentative de reconstituer une relation mère-fils ?

Elsa Osorio : Je voulais ces deux récits, qui se mélangent et s’expliquent l’un l’autre, pour qu’on connaisse les faits historiques et pour qu’on comprenne les personnages. La journaliste représente quelqu’un qui ne sait rien de tout cela. Mais pour moi ce n’est pas du passé. Le livre est sorti d’abord en Italie, et cela a coïncidé avec la condamnation à perpétuité des gens dont parle le roman.

N’y avait-il pas des lois d’amnistie telles que la loi « Point final » ?

Elsa Osorio : Elles ont été annulées. A partir de cela des procès ont eu lieu, pendant le gouvernement précédent, mais ce travail a commencé depuis quarante ans, depuis que la première « mère de la place de mai a commencé sa lutte », et n’a jamais cessé. En Argentine, on est allé très loin. Il y a actuellement un retour en arrière, mais on ne peut pas empêcher ce qui s’est passé.

Le personnage, avec tous ses prénoms, Juana, Lucia, Soledad, Marcia est insaisissable.

Elsa Osorio : Changer d’identité était évidemment indispensable pour une guerillera. Au départ, je voulais parler du Centre Pilote de Paris, où beaucoup de choses mystérieuses se sont passées. J’ai passé des années à chercher, des archives, des témoignages. Après, j’ai fait tout autre chose. C’est le personnage de Juana/Marie le Boullec qui m’a prise. J’ai essayé de voir ce qui se passait dans des circonstances extrêmes. Ce qui se passe avec ses femmes qui ont vécu avec leurs propres tortionnaires, c’est assez compliqué. Certaines n’ont pas laissé de traces. Mais on connait le cas d’une femme qui a eu deux enfants d’un de ses tortionnaires, et est passée complètement de l’autre côté.

Et comment réagissez-vous à ça ?

Elsa Osorio : Je ne suis pas d’accord avec ceux qui dénoncent une femme. Qui peut dire de quoi on est capable dans ces conditions ? Elles-mêmes ont eu besoin de beaucoup de temps, ne serait-ce que pour parler entre elles de ce qui s’est passé. Une de ces femmes a présenté ce roman en Argentine. Elle a dit qu’entre les femmes qui se sont vues après quelques années, c’était difficile, pour elles-mêmes, de reconnaître qu’elles avaient eu des relations avec ces types.

On cherche à savoir, à comprendre. On sait qu’au début elle était avec un militant, le père de Mati, puis qu’elle l’a quitté pour un autre, d’une organisation différente. Ils avaient des divergences, elle avait évolué politiquement…

Elsa Osorio : A l’époque, on vivait très vite. C’est historique. Les deux organisations armées les plus importantes se sont unies. L’enfant est le fruit de cette alliance. Elle n’est pas en prison, mais dans un camp de détention clandestin. Cette vie, avec cet homme, qui la protège, est une relation imposée, mais elle le remercie d’avoir sauvé son fils. Je raconte une histoire individuelle, que je recombine à partir de celles de trois ou quatre cents femmes qui ont vécu des situations semblables. C’est énorme. Certaines ont cédé à leurs tortionnaires, parfois sont allées plus loin, sont devenues leurs compagnes, ou ont collaboré à la traque des militants.

D’où vient l’idée de cette rencontre avec ce Français, avec qui elle se mariera ?

Elsa Osorio : Comment pour elle-même elle peut comprendre le rapport qu’elle a avec cet homme, « El Rubio » ? Je ne veux pas une femme qui soit toute d’une pièce, d’un côté ou de l’autre. Quand elle a une aventure avec un homme, n’importe lequel, elle fait une brèche dans cette toile terrible. Elle n’est pas amoureuse de ce Français. Mais elle se rend compte que l’amour c’est quelque chose qui se passe entre deux êtres libres. Et elle peut vivre enfin autre chose. Là encore, je me suis basée sur un fait historique : des prisonnières de l’ESMA sont venues à Paris et après sont rentrées à Buenos Aires avec les chaines des prisonnières.

Elle, elle a des relations assez troubles avec cette femme, Elena. Elle comprend qui est Juana, mais ne dit rien

Elsa Osorio : Elle a existé. Elle soutenait la dictature, et je la mets dans le roman sous son vrai nom. Elle n’occupait pas un poste important, mais appartenant à la haute bourgeoisie, elle se sentait en sécurité avec les militaires. On dit que c’est elle qui a eu l’idée du Centre Pilote. Le Centre Pilote était un moyen de soutenir les projets de l’amiral Massera. Il a fait assassiner environ 4000 personnes, avant de se présenter aux élections présidentielles à la fin de la dictature en 1983. Mais Elena comprend qu’il y a un lien entre les Montoneros et la Marine. Elle est sur le point de raconter cela avant d’être assassinée.

Vous révélez les relations d’affaires entre anciens officiers tortionnaires et anciens révolutionnaires.

Elsa Osorio : C’est un des effets de cette loi d’amnistie. On a mis en lumière les relations entre les anciens de l’ESMA, et les milieux dirigeants argentins des années 90. Aujourd’hui, ces gens sont condamnés, mais le gouvernement de droite actuel ne veut plus entendre parler d’enquête. Je connais quelqu’un qui était à l’ESMA, qui a fait des études d’économie, et qui gagne beaucoup d’argent. Et les liens avec Licio Gelli et la loge P2 sont avérés.

Marie Le Boullec est aussi une mère, et semblable à ces mères de la Place de Mai qui cherchent leurs enfants ?

Elsa Osorio : Je n’y avais pas pensé. Le fait qu’elle soit mère la rend vulnérable. L’homme qu’elle a quitté sait qu’elle tentera un jour ou l’autre de reprendre contact avec son fils. En fin de compte, c’est un féminicide. Elle meurt parce qu’elle a quitté un homme.

D’où vient le personnage du fils ?

Elsa Osorio : Je connais des jeunes enfants de disparus. Presque toujours, ils disent : « ma mère préférait la politique à son enfant ». Ils accusent leurs parents de les avoir mis en danger. Mais ils admirent leur courage. C’est très contradictoire. Matias est le fils d’un ancien militant, qui a fait des affaires avec des anciens de la junte, et il est totalement déchiré.

La tension du livre naît à la fois de l’enquête policière, et de l’incertitude sur l’évolution des relations mère-fils.

Elsa Osorio : La mère étant morte dès le début, il fallait, en dehors de la recherche de l’assassin, créer une attente. Les questions ne sont donc pas « qui ? », mais « comment ? » et « pourquoi ? ». Et surtout : « peut-elle encore se choisir un destin ? »

Comment vous êtes-vous documentée ? Avez-vous rencontré certaines d’entre elles ?

Elsa Osorio : Quand je vivais à Madrid, je faisais partie de l’Association argentine des droits de l’homme. J’ai rencontré beaucoup de témoins, en particulier à l’occasion du procès intenté par le juge Garzón. Je n’ai pas parlé directement avec ces femmes, sauf celle que j’ai mentionnée, qui est une journaliste reconnue, et à qui j’ai donné ce livre avant sa parution.

D’autres romans parlent de cette période

Elsa Osorio : Deux livres parlent d’une même femme qui est devenue la compagne d’un militaire. L’un émane de deux femmes détenues, qui l’attaquent, ce qui est normal. L’autre, plus récent, montre une attraction assez malsaine à propos des violences qu’elle a subies, et la présente comme une femme de pouvoir. Quand j’ai commencé mon livre, la situation politique était différente d’aujourd’hui. La justice avait pu juger, et condamner les coupables. On pouvait s’occuper de nuances, de complexité, d’erreurs.

Et maintenant ?

Elsa Osorio : Maintenant, le gouvernement, après avoir tenté une nouvelle amnistie, a allégé les peines des condamnés, assignés à résidence chez eux. C’est une affaire politique, et aussi économique. Certaines grandes entreprises qui ont des liens avec le pouvoir ont bénéficié de la torture, et aimeraient bien être tranquillisées. On en parle peu, mais je viens de subir une sorte de censure de la part d’une agence de presse, qui montre que le problème est sensible. Alors qu’on a passé des années, avec le travail des Mères à faire un inventaire au plus juste des disparitions, on ne dit plus qu’il y a 30 000 disparus. On a produit le chiffre de 7542, sorti d’on ne sait où, en une sorte de solde de tout compte, comme pour dire « voyez, ils ne sont pas si coupables ».

Et Saint-Nazaire ? C’est à la suite de votre résidence à la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs ?

Elsa Osorio : L’idée est venue avant. Mais Patrick Deville, son directeur, m’avait dit que Saint-Nazaire était à la même distance de l’Équateur que le Rio de la Plata. C’est faux, évidemment, mais j’avais très envie de le croire. Alors j’ai imaginé les choses, je me suis renseigné sur les courants, et j’ai demandé la résidence par la suite, ce qui a été formidable pour écrire.

Voir l’interview complète…

NAJA 21|Le « Double fond » de la dictature argentine|Jacques Moulins

Por | Double Fond, Presse | Sin Comentarios

Dans son dernier roman, l’écrivaine argentine Elsa Osorio mêle fiction et réalité, roman policier et documentaire pour évoquer les zones d’ombre de la dictature argentine et les contradictions de ses acteurs et de ses victimes.

On n’en finit pas avec la dictature argentine. De 1976 à 1983, les militaires qui avaient renversé Isabel Peron, firent au moins 30 000 victimes d’exécutions sommaires dont, pour nombre d’entre elles, les corps ne furent jamais retrouvés. Mais peu de place fut ensuite laissée à la justice et à l’histoire. Dès 1986, la loi du Punto final (point final) tenta de mettre un terme aux poursuites en justice intentées par les familles des victimes. En 1987 la loi de Obediencia Debida (obéissance due) innocenta les tortionnaires sous prétexte qu’ils n’avaient fait qu’obéir aux ordres. Pour parfaire cette chape de plomb, le président Carlos Menem signa des centaines de décrets personnalisés d’amnistie en faveur des militaires.

Il fallut attendre 2003 et la protestation de plus en plus puissante de l’opinion, pour que ces lois soient abrogées. Mais la justice a encore du mal à passer comme le montre une décision de la Cour suprême en 2017 qui aboutit à une réduction de peine et mobilisa toute la population.

Zones d’ombre entre bien et mal. Dans ces conditions, les historiens ont du mal à faire la clarté sous tous les moments de la dictature. Cela crée des zones d’ombre dans lesquelles les artistes s’insinuent. Double fond, le nouveau roman d’Elsa Osorio est au cœur de ces moments incertains où l’on ne sait même plus qui joue quel jeu et à quelle fin. A la fois roman policier et documentaire, mêlant le réel à la fiction, il s’intéresse à une cellule discrète de la junte dénommée Centre pilote de Paris, mise en place dans la capitale française pour repérer les opposants et se faire des amis dans le monde politique européen. Le personnage principal, Juana, participe de cette duplicité. Avec un grand nombre d’autres personnages, eux aussi réels ou fictifs, il permet également d’explorer les contradictions humaines dans une période dure où la tendance religieuse à ne voir que du bien ou du mal oublie la cinquantaine et plus de nuances de gris.

Double fond, roman d’Elsa Osorio, traduit de l’espagnol par François Gaudry, Editions Métaillé.