ActuaLitté|Double fond: histoires sombres de la dictature en Argentine|Nicolas Gary

Por 22 enero, 2018Double Fond, Presse

Ici

Le suicide de Marie Le Boullec, médecin reconnue, ne convainc pas la jeune Muriel, journaliste débutante. Difficile, pourtant, de lancer une enquête pour démontrer que son intuition est juste. Cette histoire n’est que la partie émergée de l’iceberg. Dans ce roman intense, la journaliste devient le fil rouge d’une histoire bien plus vaste. 

C’est en 2004 que tout débute, par cet étrange décès : Marie, un an après son époux Yves, meurt dans d’étranges circonstances. Asphyxie. Improbable, conclut le commissaire Fouquet – à l’instar de la jeune journaliste française. Dans les années 70, en Argentine, le nombre de noyades est totalement fou. Voire incroyable. Y a-t-il là un sujet d’article ou de reportage ? 

Double fond, le quatrième roman d’Osorio prend place tout à la fois dans une ville de province, en France, Saint-Nazaire, pour se prolonger à Paris, et dans l’un des plus grands camps de détention d’Argentine, durant la dictature. Roman policier, peut-être, mais historique, sans aucun doute. 

Et tout s’articule autour des recherches que la journaliste va réaliser. Rapidement, revient dans l’enquête l’ESMA, Escuela de Mecánica de la Armada, un centre clandestin de détention – probablement le plus connu de l’Argentine. Situé à Buenos Aires, dans le quartier de Nunez, il s’agissait du salon des officiers de l’armée… Et les témoignages qui aujourd’hui en émanent font frémir.

Passé et présent, dans ce roman, se rejoignent, coïncident, comme pour démontrer que l’Histoire n’échappe jamais à ceux qui partent à la recherche de la vérité. On peut reconstruire un passé, et à force de tirer les fils, trouver de nouvelles horreurs. Elsa Osorio admet d’ailleurs s’être appuyée sur les récits authentiques de survivants pour construire son intrigue. 

La dictature militaire dissimule mal l’enfer qu’elle a pu imposer aux simples citoyens – on parle d’ailleurs de répression mafieuse, pour désigner ce qui va interférer entre les affaires juridiques et ce qui s’interpose à la résolution la plus simple. Il faut aller au plus efficace : la mort présente, à ce titre, de multiples avantages. Jusqu’où peut-on souffrir du silence ?

[Extraits] Double fond de Elsa Osorio
 

Elsa Osorio est devenue Chevalier des Arts et des Lettres, certainement pas du fait de ce seul livre, mais celui-ci a le mérite d’ouvrir des portes sur d’insoutenables réalités. Double fond croise les genres, entre enquête journalistique et roman policier, pour aboutir à ce qu’il est préférable de ne parfois jamais savoir.

Depuis la guérilla à la dictature, c’est la défense des droits humains qui est en jeu. Elsa Osorio a posé ses conditions : combattante active pour les Droits de l’Homme, ses livres sont des lieux de contestation, autant que de débat. Et les années 70, en Argentine, n’ont pas fini de dévoiler ce qu’elles peuvent contenir de clair-obscur. 

Si l’époque prête le flanc à une analyse sans retenue, personne ne peut aujourd’hui affirmer que les tensions de jadis sont désormais totalement apaisées. 


Elsa Osorio – Double fond – Trad. François Gaudry – Editions Métailié – 9791022607339 – 21 €

Dejar un Comentario